© Yannick Perrin

Née à Buenos-Aires, Cecilia Bengolea se forme aux danses urbaines et poursuit des études de danse anthropologique auprès d’Eugenio Barba avant d’étudier la philosophie et l’histoire de l’art à l'Université de Buenos-Aires. En 2001, elle s'installe à Paris et suit la formation Ex.e.r.c.e. à Montpellier, dirigée par Mathilde Monnier.

Cecilia Bengolea perçoit la danse et la performance à la manière de sculptures animées et aime l’idée que ces formes d’expression lui permettent de devenir l’objet et le sujet en même temps.

Depuis 2005, un dialogue soutenu entre François Chaignaud et Cecilia Bengolea donne vie à des œuvres hétéroclites, présentées dans le monde entier. Ensemble, ils créent Pâquerette (2005-2008), Sylphides (2009), Castor et Pollux (2010), Danses Libres (2010), (M)imosa (2011), Altered Natives Say yes To Another Excess - Twerk (2012), Dub Love (2013), How slow the Wind, pour les danseurs de l’Opéra de Lyon (2014), Devoted pour les danseurs du Ballet de Lorraine (2015), The Lighters' Dancehall Polyphony pour les danseurs de la compagnie Tanztheater Wuppertal de Pina Bausch (2015) et DFS (2016).

Cecilia Bengolea est artiste associée à Bonlieu Scène nationale Annecy aux côtés de François Chaignaud. 






Florentina Holzinger


Née en Autriche, Florentina Holzinger a étudié la danse à la School for New Dance Development (SNDO) de l’Académie de Danse et de Théâtre d’Amsterdam. Elle reçoit le Prix du Jardin d'Europe pour son solo Silk présenté au festival lmPulsTanz en 2012.

Sa collaboration étroite avec Vincent Riebeek donne d’abord naissance à une trilogie de pièces – Kein Applaus für Scheisse, Spirit et Wellness – puis à Schönheitsabend (2015). Les deux premières pièces que Florentina Holzinger signe seule, Agon (2014) et Recovery (2015) sont le fruit d’une longue période de rétablissement à la suite d’un accident traumatique, et remettent en question les modes de représentation féminine ainsi que le potentiel de la physicalité féminine à travers le sport de combat.

Artiste en résidence au International Choreographic Arts Center (ICK) à Amsterdam, elle crée en 2016 son premier ballet, Apollon Musagète, une adaptation féminine et contemporaine du Ballet néoclassique de Balanchine.