© Renato Mangolin© Bea Borgers© Bea Borgers© Renato Mangolin

DANSE/PERFORMANCE — Alice Ripoll a reçu la proposition de créer un spectacle dont l’objectif serait d’ouvrir un débat autour des événements à Rio, comme le Coupe du Monde ou les Jeux Olympiques, sensés améliorer la situation dans la métropole. Ces événements sont entrés dans les livres d’histoire en tant qu’héritage, mais qu’est-ce que cela a signifié pour Rio et ses habitants ? Sans donner une réponse littérale à cette question, Alice propose de regarder la situation du point de vue des performeurs avec qui elle a travaillé pendant 8 ans. Ils sont noirs et ils habitent dans des favelas.

Notre organisation sociale réduit souvent au strict minimum le contact entre groupes sociaux distincts. Elle permet même d’ignorer totalement l’existence de certains d’entre nous. Prêtez-vous véritablement attention à celui qui vient réparer votre chauffage, assurer la propreté de votre bureau ou vous servir un café ? C’est à cette polarisation de la réalité sociale, qui est aussi celle de la salle de spectacle que répond la chorégraphe Alice Ripoll.

contact ART HAPPENS

Dans aCORdo, quatre danseurs originaires des favelas de Rio de Janeiro renversent les hiérarchies sociales et les rapports scène/salle bien établis. À travers un tournoiement vertigineux, ils défient les forces d’oppression et d’intimidation qui maintiennent cet ordre en place. De ce corps à corps intense naît progressivement un ordre nouveau. aCORdo est un spectacle d’une force exceptionnelle où danseur et spectateur doivent sans cesse réajuster leurs repères. À présent que les rôles ont été (é)changés, qui mène la danse ?

 

PRESSE


"Alice Ripoll signe un formidable portrait chorégraphique de sa ville qui repose sur la participation de spectateurs...".
- Libération

"Le racisme, les inégalités, Alice Ripoll en fait matière à réfléchir autant qu'à danser..."
- Les Inrocks



CREDITS

Création: Alice Ripoll
Performers: Alan Ferreira, Leandro Coala, Romulo Galvão, Tony Hewerton
Assistant: Anita Tandeta
Design: Daniel Kucera