© Helge Hansen© Helge Hansen© Helge Hansen© Helge Hansen© Helge Hansen© Helge Hansen

DANSE — “Que se passerait-il si un souffle médiéval s’infiltrait entre nos lèvres?”

"En argot, on utilise le mot "soufflette" pour décrire le moment où quelqu’un souffle de la fumée dans la bouche d’une autre personne. C’est un acte très intime au cours duquel l’on partage un élément essentiel et en même temps insaisissable de notre existence: l’air qui nous maintient en vie, mais qui permet également de nous élever. Soufflette sera un échange d’air à travers les siècles." 

Avec Soufflette François Chaignaud nous invite, accompagné de quatorze danseurs, à un voyage musical et fait renaître les traditions médiévales. La pièce se déroule comme une fête d’été enivrante pleine de vie, de chant et de plaisir dansant.

Au crépuscule, des formes vêtues de grands costumes en laine apparaissent. Telle une fête d'été enivrante et pleine de vie, les danseurs se jettent dans des rituels rythmiques et des chants polyphoniques, trébuchent, se tiennent debout sur la tête. À l'aide de leurs voix, leurs pieds, leurs corps et leurs rêves, les danseurs se lancent dans ce voyage et créent leur propre folklore composé de chansons, de percussions corporelles, de danses fantômes et de mutations sans fin. Leurs corps deviennent des autels fleuris d'un culte sans âge. Soufflette réconcilie la danse et le chant sur scène dans un voyage musical faisant renaître les traditions médiévales. 

 

contact ART HAPPENS

CREDITS
Conception et choréographie
: François Chaignaud
Coproduction: Festspillene i Bergen
Concept decor: Romain Brau
Lumières: Abigail Fowler
Costumes: Romain Brau
Musique et arrangements: Jostein Gundersen
Danse: Ole Martin Meland, Mathias Stoltenberg, Caroline Eckly, Dawid Lorenc, Noam Eidelman Shatil, Daniel Mariblanca, Olha Stetsyuk, Adrian Bartczak, Irene Vesterhus Theisen, Harald Beharie, Timothy Bartlett, Aslak Aune Nygård, Chihiro Araki, Anne Lise Rønne

ART HAPPENS et Le Trait d'Union collaborent ensemble sur la diffusion de Soufflette de François Chaignaud.