©Tristram Kenton©Tristram Kenton©Orpheas Emirzas

DANSE/PERFORMANCE — Danse contemporaine, voguing, butoh japonais, théâtre grec ancien, art de la performance – le chorégraphe américain Trajal Harrell évoque son vocabulaire élégant et subtil à partir de l'influence d'un large éventail de genres.

Maggie The Cat de Harrell s'inspire de Maggie, le personnage central, troublé mais dur, de La Chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams. Harrell en déplace la perspective de la riche famille blanche vers les serviteurs afro-américains. Pour le spectacle, il a créé un intérieur qui traverse la cuisine et le salon, la chambre et la véranda, révélant et déconstruisant simultanément à travers la danse et le voguing le tissu social d'une société ségréguée, et en célébrant le Sud américain dont il est originaire. La bande sonore où se mêle les échos d’une virée nocturne et festive est autant à sa place dans une boîte de nuit qu'au théâtre. 

 

contact ART HAPPENS


CREDITS


Direction, choréographie, costumes, décor et son :
Trajal Harrell
Décor : Erik Flatmo
Lumières : Stéfane Perraud
Dramaturgie : Katinka Deecke
Danceurs : Trajal Harrell, Helan Boyd Auerbach, Perle Palombe, Rob Fordeyn, Vânia Doutel Vaz, Nasheeka Nedsreal, Christopher Matthew, Tiran Normanson, Songhay Toldon, Ondrej Vidlar
Producteur : Axel Satgé
Manager des costumes : Sally Heard
Manager de production: Steve Wald et Paul Moore
Technicien lumière : Andrew Wynne
Technicien son : Melvin Coote
Production : Manchester International Festival
Coproduction : Manchester International Festival, Schauspielhaus Zürich, Onassis Stegi, Kampnagel (Hamburg), Holland Festival, the Barbican et Dance Umbrella, NYU Skirball, Berliner Festspiele et The Arts Centre à NYU Abu Dhabi.

Maggie the Cat est un des volets de la trilogie Porca Miseria