© Ian Douglas

PERFORMANCE — Pour cette version 'sur mesure', Trajal Harrell s’est amusé à inverser la proposition de départ, en reformulant sa question : ce n’est plus "que ce serait-il passé si un danseur de la scène du voguing s’était rendu à la Judson Church?", mais "que serait-il arrivé si un membre de la Judson Church avait rendu visite aux vogueurs de Harlem pour danser avec eux?"

En clôturant sa série sur cette inversion, il ouvre la perspective d’une recombinaison quasi infinie des signes et des cadres qui structurent le travail du chorégraphe, et invite danseurs et spectateurs à un exercice critique et ludique constant.

Relire, reformuler, recombiner, sans jamais cesser de croiser les formes, les sources, les genres, avec cette ‘realness’ incommensurable comme seul point de mire – telle pourrait être l’éthique du voguing selon Trajal Harrell. 

contact ART HAPPENS

Dansant lui-même dans chaque version, rentrant dans toutes les tailles, s’ajustant aux cadres fictionnels qu’il a formulés, il fait aussi de cette clôture sur mesure une célébration en forme de libération : un hommage flamboyant aux deux formes qu’il a taillées, rapiécées, auxquelles il a fait subir toutes sortes de reprises et d’ajustement pendant près de quatre ans.




CREDITS

Chorégraphie : Trajal Harrell
Interprétation : Trajal Harrell, Thibault Lac, Ondrej Vidlar
Costumes : complexgeometries
Coproduction : Danspace Project for Platform 2012: Judson@50, MoMA PS1