© Mary Smith

Théo Mercier

Artiste plasticien et metteur en scène, Théo Mercier est né à Paris en 1984 et vit aujourd’hui entre Paris et Mexico.

En véritable autodidacte, Théo Mercier revendique depuis ses débuts une grande liberté formelle, s’employant à déconstruire les mécanismes de l’histoire de l’art, des objets et des représentations dans laquelle il remonte d’harmonieuses contradictions. Il impose paradoxe, étrangeté et humour comme point de vue plastique. Puisant dans le monde la matière première de son travail, Théo Mercier mène une réflexion située au carrefour de l'anthropologie, de la géopolitique et du tourisme. Oscillant indistinctement entre facticité et authenticité, son travail interroge l’artificialité de nos représentations collectives et la fabrique de l’Histoire.

Depuis 2014, Théo Mercier développe un travail de mise en scène dans le champ du spectacle vivant et de la performance. En 2016, à l’invitation de la Ménagerie de verre à Paris, il signe Radio Vinci Park avec le chorégraphe et danseur François Chaignaud, une pièce conçue comme un duel motomachique pour un parking souterrain. Artiste associé au CDN Nanterre-Amandiers depuis 2016, Théo Mercier présente en 2017 La Fille du collectionneur, un spectacle autour de la collection fantôme où il propose au spectateur une visite d’un genre unique, entre enquête policière et quête esthétique. En 2018, il présente Affordable Solution for Better Living.

Passant d’une pratique du « white cube » à celle de la « boite noire », Théo Mercier parvient à créer un continuum artistique peuplé de sculptures dansantes, d’installations au destin tragique, d’images vivantes et de personnages exposés. Un espace où la matière-même de son travail devient le « regard » du visiteur-spectateur.

 

Steven Michel

Steven Michel (France, 1986) a étudié le mime et le cirque dès son plus jeune âge, la danse et la percussion à son adolescence avant de s’installer à Bruxelles en 2006 pour sa formation à l’école de danse P.A.R.T.S. 

Steven a travaillé en tant qu’interprète avec des chorégraphes, metteurs en scène et réalisateurs tels que David Zambrano, Anouk Van Dijk et Falk Richter, Lukas Dhont, Daniel Linehan et Maud Le Pladec, ainsi que les artistes plasticiens Theo Mercier et Sarah&Charles. Depuis 2012 il collabore avec le chorégraphe belge Jan Martens, et en 2016 il crée They Might Be Giants, un solo qui s'interroge sur les rapports entre l'artificiel, le naturel, l'animé, l'inanimé, l'immatériel et le monumental.

Ne pas se limiter à une discipline, ou à un outil, mais changer les rôles et les approches, explorer divers objets et brouiller les frontières entre différents modes d'expression, Steven Michel souhaite continuer à explorer et jouer autour de correspondances qui le suivent dans ses démarches artistiques (comme la science et la fiction, le miniature et le monumental, l'harmonie et le chaos, l'oeil et l'oreille, l'analogue et le digital).

Théo Mercier et Steven Michel recevront le Lion d’Argent à la Biennale de la danse de Venise 2019 pour Affordable Solution for Better Living