© Mirjam Devriendt© Alice Ripoll© Estelle Valente

« altered natives’ Say yes to Another Excess - TWERK » de C. Bengolea et F. Chaignaud

20/11/2012 — Beauborg en libre « Excess » Libération 26/10/2012 Marie-Christine Vernay.


« … Au centre Pompidou, ils s’emparent de la house, qu’ils ont pratiquée à l’adolescence dans les discothèques. Entourés de trois perles rares, un voguer, Alex Mugler, et deux danseuses contemporaines, ils offrent avec « altered natives’ Say yes to Another Excess – TWERK, un show des plus secouant. Déjà sur la piste, quand le public s’installe, ils tournoient tels des derviches montés sur ressort et sur demi-pointes, les bras à l’aveugle. Liberté de ton, audaces et tout genre, humour et excès dans l engagement physique, la bande des cinq tente les imbrications les plus insolites. Ils affirment « entre-dévorer, se multicoloniser » et la chorégraphie n’est pas ici le fait d’un auteur unique et dominant, mais bien dissoute dans la communauté. Le rapport scène-salle est travaillé, avec des néons grimpant au-dessus des rangées pour créer un espace unique. Quant à la musique, elle est explosive avec les DJ’s Elijah & Skilliam. Spécialistes du Grime, électro née dans l’est de Londres dans les années 2000 qui malaxe les sons issus du dancehall, du hip-hop et du garage, ce sont de véritables ambianceurs, aussi bons pour maintenir le rythme que pour s’autoriser des digressions. Très sexuelle, la danse et ici à nu, même si les costumes et autres perruques sont des plus fantaisistes. Proches de la transe, la fine équipe ressort lessivée, tandis que le public, lui, n’a plus qu’à prolonger la soirée en club. Joyeux.

La compagnie a le soutien à la diffusion d’ARCADI

contact ART HAPPENS