© Mirjam Devriendt© Alice Ripoll© Estelle Valente

La Presse sur Dumy Moyi - François Chaignaud - création Montpellier Danse

07/08/2013 — Les inrockuptibles 17.07. 2013 - Philippe Noisette "...Dumy Moyi est une revue de poche aux effets maximaux. Emplumé, le danseur se réincarne en divinité indienne avec une touche excentrique presque burlesque. Il raconte avoir assisté à des cérémonies sacrées de theyyam en Inde et en avoir tiré un fil jusqu'à la danse moderne. Un éblouissement magnifié par le Come away de John Dowland que Chaignaud fredonne avant de disparaître. ..."

HERAULT DU JOUR 5 JUILLET 2013 - Anne Leray
Montpellier Danse. Le rituel. C'est ce qui pourrait relier les chorégraphies de L'Espagnol Israel Galvan, du Français François Chaignaud, du Japonais Akaji Maro.

"...Dans l'intimiste chapelle Béjart de l'Agora, François Chaignaud, entouré par le publc, invente ses propres rites. Enveloppé par des lumières fantastiques projetant son corps en ombres chinoises, il se livre à des métamorphoses. Il apparaît d'abord dans un étonnant costume tissé de fils et de plumes. Un habit de carnaval qui contraint ses mouvements et libère l'imaginaire. Longs doigts aux ongles peints, il tient en ses mains un serpent. Tournant sur lui-même comme un derviche, il ne fait pas que danser sur le son des tambours. Il a une voix et accompagne sa performance de chants lyriques. Il tombe ensuite ses apparats et se métamorphose en faune, la tête couverte d'une coiffe  trônent les oiseaux. Tout derrière dehors, sa danse se fait alors plus tribale. 

Belle et touchante présence d'un jeune chorégraphe en solo. Donnée par quinze fois au festival, sa pièce est singulière et tenue. Icône païenne, Chaignaud nous transporte de L'Amérique du Sud à L'Afrique.Et incarne des créatures extirpées d'une ethnologie fictive qui font s'envoler nos représentations vers de lointains rivages. ..."

contact ART HAPPENS